Voilà plus de vingt ans que Cindy Lass crée des œuvres exubérantes, qui ont aujourd’hui conquis nombre de collectionneurs avertis – parmi lesquels les Beckham ou encore Elton John. Cette autodidacte a récemment fait son entrée dans l’univers des aiguilles et certains de ces tableaux – parmi le célèbre Queen’s Corgis (« Les Corgis de la reine »)– ont été adaptés en kits de point de croix.

Quand avez-vous commencé à peindre et où puisiez-vous votre inspiration à vos débuts ?

C’était en 1994. Ma mère voulait que je lui fasse un tableau, alors je suis allée chez WH Smith acheter des peintures et un carnet. Je me souviens que le soir il pleuvait. Il y avait ce vase, jaune et noir, mais je l’ai fait en blanc et bleu. Dès que j’ai commencé à peindre, j’ai adoré ça.

Vous êtes autodidacte – vous saviez par où commencer ou vous vous êtes seulement lancée ?

Je me suis simplement lancée. Par chance, j’ai dû faire encadrer la peinture que ma mère m’avait demandée et j’ai croisé la route de Barbara Grundy, une femme adorable, qui tenait une boutique sur Ebury Street, à Pimlico. Quand elle m’a demandé qui avait fait le tableau, j’étais très mal à l’aise, je pensais qu’elle allait dire que ma peinture ne méritait pas d’être encadrée, mais au contraire elle a déclaré : « Vous avez beaucoup de talent. » Le jour suivant, quand je suis revenue chercher ma toile, elle m’a tendu trois cadres vides. Je lui ai demandé : « C’est pour quoi faire ? », elle a répondu : « Au cas où vous auriez envie de peindre… » Je les ai donc emportés et trois semaines après mes peintures étaient finies. Quand je les ai rapportées à Barbara, elle m’a annoncé que j’étais conviée à l’exposition prévue deux ou trois semaines plus tard dans la grande galerie qu’elle possédait dans la rue. Mes trois tableaux représentant des fleurs gaies et colorées, sans aucune perspective, furent exposés et vendus le premier soir – et tout a commencé.

Parlez-nous de votre tableau Queen’s Corgis, comment s’est-il retrouvé sur un mur du palais de Buckingham ?

Après la série « Pawtraits » qui représentait les animaux de célébrités – dont le chien d’Elton John – afin de récolter des fonds pour l’organisme de bienfaisance Battersea Dogs Home, on m’a demandé de renouveler l’expérience aux États-Unis. À mon retour, la dame d’honneur de la reine m’a contactée pour me demander : « Auriez-vous l’obligeance de peindre les corgis et les dorgis de la reine pour son anniversaire ? »

Comme j’avais beaucoup de travail, ils ont eu la gentillesse de bien vouloir m’envoyer des photos, je n’ai donc malheureusement pas pu rencontrer la reine.

En faisant ce tableau, j’ai remarqué que l’un des corgis était un peu bizarre, j’ai donc appelé la dame d’honneur pour savoir quel était le problème. Elle m’a répondu : « C’est un dorgi ! », j’ai demandé : « Un dorgi ? » Elle m’a donc expliqué : « C’est un teckel croisé avec un corgi », j’ai dit : « Oui, bien sûr. » Au moment où j’ai fini le tableau, je travaillais dans un service de soins palliatifs pédiatriques et, pour tenir ma promesse, j’ai emmené mes petits malades rencontrer la dame d’honneur et le majordome de la reine au palais de Buckingham. Le lendemain, j’ai appelé la dame d’honneur pour savoir si la reine aimait mon tableau et elle m’a répondu : « Elle l’adore ! Il est accroché dans ses quartiers et, ce matin, elle l’a regardé en souriant. Elle est ravie ! »

L’idée selon laquelle broderie et créativité auraient une action apaisante sur l’esprit et contribueraient au bien-être et au bonheur de chacun nous séduit : pouvez-vous nous en dire davantage ?

J’ai un esprit très vif et réceptif, qui me permet de recueillir des tas d’informations. Quand j’en viens à la couleur et que je dois visualiser mes mains en train de créer – pour voir quelque chose émerger de ce que je suis en train de faire –, je sollicite une partie de mon cerveau qui éteint le « cerveau bavard », celui dont malheureusement les gens ignorent très souvent l’existence et qui nous rend tellement malades. La plupart de mes amis souffrent d’insomnie, ils ne se rendent pas compte que quand ils sont sur leur Smartphone ou leur ordinateur leur cerveau est trop sollicité, il s’effiloche. J’ai pris conscience de cela il y a un certain temps. Déjà, quand j’avais 5 ans, à la maternelle, j’adorais faire des points de feston et fabriquer des peluches. Cela me permet de retrouver mon calme, de sentir mon rythme cardiaque ralentir. Quand mon esprit s’emballe, mon cœur fait de même, et cela m’a même provoqué de sérieux problèmes de thyroïde. Mais maintenant j’ai adopté la broderie, j’appelle cela « le point du bon rythme ».

Pour vous, il est important de créer avec le cœur, qu’entendez-vous par là ?

Dans la vie, les occasions d’être honnête sont rares. Nous nous regardons dans le miroir pour voir qui nous sommes, mais nous sentons-nous vraiment tels que nous sommes ? Quand nous mettons en pause notre « cerveau bavard », nous retrouvons la naïveté de notre véritable soi, notre vrai ressenti. Je n’ai jamais rien analysé, mon cœur est resté pur, et je pense que les gens perçoivent la joie qui émane de la couleur parce qu’elle vient directement du cœur.

Comment vous est venue l’idée des kits de point de croix ?

Il y a eu plusieurs volets. Le premier est que nombre de personnes avaient envie de participer à mon aventure, de venir dans mon studio pour peindre avec moi. Mais pour être honnête, durant les moments où je travaille, je retrouve ma paix intérieure et j’ai des commandes à honorer. Il m’est donc difficile d’inviter les gens et, même si c’est agréable, c’est trop chronophage. Je souhaitais partager le merveilleux impact de la créativité sur l’existence et stimuler la partie créative du cerveau des personnes sur ma route, les gens trouvent ma faculté de créer et de peindre fantastique or, pour moi, tout le monde en est capable. Adapter mes œuvres au point de croix m’a permis d’embarquer les gens dans mon aventure créative. En étant à l’origine du point, de la couleur, de la vibration, de l’énergie, ils expérimentent le sentiment d’accomplissement qui est le mien quand je peins.
https://www.cindylassneedlepoint.com/