Comme en témoigne notre plaid, chez Crealoisirs, la notion de « tricoter ensemble » (en anglais « KAL », Knit along) nous parle. Mais si vous associez cette idée avec un jeu de rôle (également appelé JDR), alors vous obtenez la Yarn Quest, en français : « quête du fil » ! Tania Richter (alias AetherFang) est la créatrice de ces expériences inspirantes au tricot, elle les décrit ainsi : « La Yarn Questrepose en partie sur un patron, en partie sur un jeu de rôle et en partie sur le fait de définir sa propre aventure. Chaque quête est un patron, et le joueur guide son personnage dans son aventure. Ils rencontrent des ennemis à combattre, ont des choix à faire et doivent appréhender des éléments qui influencent les motifs du tricot. Ce qui rend chaque partie si spéciale et que presque tous les projets sont uniques. » Tania a conçu de magnifiques patrons inspirés de l’univers de la fantasy, rendez-vous sur https://www.ravelry.com/designers/tania-richter.

Comme nous voulions en savoir davantage, nous lui avons posé quelques questions :

Maker:S,Date:2017-8-3,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E:Y

Comment décririez-vous une Yarn Questclassique ?

Une partie « classique » commence souvent par l’arrivée des personnages sur le territoire de Yarnia. On leur confie la tâche de mener à bien leur quête et, à travers elle, ils découvrent qu’à Yarnia, tout n’est pas rose. Ils vont même devoir lutter contre des monstres pour sauver cette terre. Tout au long de l’aventure, on lance les dés pour définir les monstres à combattre ainsi que les différents décors. Ces éléments créent au fur et à mesure une tapisserie retraçant le périple de votre personnage à Yarnia. Le patron est le plus souvent celui d’une écharpe, mais on trouve également des châles, des bonnets ou des mitaines.

Les KAL sont désormais connus, mais comment fonctionne l’élément « jeu de rôle » de votre Yarn Quest ?

Le jeu de rôle se situe à deux niveaux : le premier est que vous incarnez un personnage élaboré comme dans le cadre d’un JDR classique. Vous lancez le dé pour définir vos caractéristiques et ces dernières vont influencer les dés tout au long de la partie. Le second est le lancer de dés. L’ensemble de votre projet repose sur les chiffres générés au hasard lors de ces lancers. Plusieurs éléments extérieurs peuvent influencer les résultats des dés et, par conséquent, les grilles à suivre.

Où puisez-vous votre inspiration ?

Je suis très inspirée par l’art et la fantasy. Beaucoup de mes patrons ont été conçus à partir de dessins et de peintures que j’ai faits. Les nœuds celtes font partie des motifs que j’adore travailler, ils sont très présents dans mes créations au tricot. J’aimerais repousser les limites de la créativité.

Vous écrivez des romans de fantasy, y a-t-il des auteurs ou des œuvres qui ont inspiré votre écriture et votre tricot ?

Oh là oui ! Il y en a plus d’un ! J’ai été influencée par les light novelset les mangas japonais ainsi que par des auteurs du panthéon anglais comme Ursula K. LeGuin, J. R. R. Tolkien, Robin McKinley, Terry Brooks et Neil Gaiman. Sans oublier certains jeux, en particulier des jeux de rôle japonais comme Tales of the Abysset Monster Hunter.

Quand avez-vous commencé à tricoter et comment avez-vous appris ? Êtes-vous autodidacte ou est-ce un parent ou un ami qui vous a initiée ?

Je suis essentiellement autodidacte. Ma mère m’a appris le crochet quand j’avais 9 ans, et le petit ami de ma compagne de chambre à l’université m’a appris le tricot. Mais j’ai beaucoup appris en regardant des tutoriels sur YouTube.

Vos patrons sont réalisés en tricot double. Si possible, pouvez-vous nous expliquer en deux mots en quoi consiste cette technique ?

Le tricot double est ma technique préférée pour travailler la couleur. Avec cette méthode, vous montez deux pièces de tissu en même temps et votre projet est donc parfaitement réversible puisqu’une face est l’envers de l’autre. Le tricot double est beaucoup moins compliqué qu’il en a l’air, il suffit de tricoter à l’endroit, à l’envers, et de lire votre grille !

Est-il possible de tricoter vos créations avec d’autres techniques propres aux couleurs ?

Absolument ! Même si elles ont été conçues pour le tricot double, mes instructions sont adaptables aux autres techniques. J’ai même vu des personnes qui les réalisaient en crochets tunisiens ou mosaïques.