LA FEE VITAMINEE : Notre créatrice du mois

LA FEE VITAMINEE : Notre créatrice du mois

Bonjour à tous,

Il y a quelques mois la Fée Vitaminée m’a fait le plaisir de rejoindre la boutique CREALOISIRS. Ses créations textiles originales et colorées ont enchanté l’univers de ma boutique. Vous pouvez y retrouver :

Des accessoires bébés (des attache tétines et des doudous – lorsque je les ai mis en rayon j’ai cru retourner en enfance par la douceur au toucher ;-))

Des accessoires enfant : des mini besaces colorées  ; des chapeaux style petite maison dans la prairie pour les petites filles coquettes et des casquettes pour les petits « durs » trop adorables.

Des accessoires adultes : des besaces toutes aussi colorées que pour les enfants ; des ceintures japonaises idéales pour accessoiriser une tenue stricte.

Donc si vous passez par la boutique CREALOISIRS – 27 rue des marchands à Foix n’hésitez pas à venir découvrir l’univers de cette créatrice talentueuse.

Pour mieux connaitre la Fée Vitaminée voici l’interview qu’elle a bien voulu m’accorder :

Présentez vous en quelques lignes :

Je m’appelle Barbara Correia, j’ai 35 ans, je suis créatrice d’accessoires textiles pour femme et enfant et également assistante maternelle en péri-scolaire.

Ma vie : c’est pas moi qui gère le quotidien, c’est lui qui me gèreJ. En plus d’être créatrice, je suis également assistante maternelle péri-scolaire,  la maison est toujours pleine de vie, de pleurs, de rires, ce sont eux mes petites vitamines. Ma vie va à 100 à l’heure : je suis à tour de rôle nounou, maman, créatrice et accessoirement, femme ! A côté de ça, j’aime voyager, et m’évader vers d’autres horizons quelques jours par an pour me retrouver, tout oublier, me ressourcer et stopper ce tourbillon incessant afin de repartir du bon pied.

Comment vous avez commencé votre activité ?

Après des études de psychologies en 2003, j’ai décidé d’être assistante maternelle pour travailler à la maison et profiter pleinement de ma fille puis 3 ans plus tard de mon fils.

Un jour, l’envie me prend d’essayer la couture, je file au supermarché et achète une machine à coudre 1er prix, 6 mois plus tard, l’auto-entreprise est mise en place, j’ouvre mon entreprise la fée vitaminée en 2010 et la boutique en ligne dans la foulée. Je ne me suis pas trop posée de question, ça marche tant mieux, ça marche pas tant pis, c’est ça aussi la force de l’auto entreprise, sans la création de ce statut je ne me serai jamais lancée.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Je fonctionne par associations d’idées. Le plus souvent, j’ai une inspiration, je la « range » dans un coin de ma tête et puis, quelques jours ou quelques semaines plus tard, un petit quelque chose vient compléter ma première idée et la création prend forme comme par magie, je suis une fée après tout…

Les modèles cousus sont des basiques mais je travaille avec attention à la diversité des matières et à l’association des couleurs et aux petits détails qui rendront la création unique. J’aime détourner des techniques venues d’autres univers créatifs comme le scrapbooking par exemple, j’utilise aussi bien des tampons, de la peinture textile, des thermocollants ou des figurines en bois. Cette diversité me permet de me renouveler et de ne pas m’ennuyer.

Que vous a porté cette activité ?

Créer à toujours fait partie de ma vie, mon métier d’assistante maternelle, que j’aime beaucoup qui plus est, ne me permettait pas d’exploiter ce trait de ma personnalité, ce projet d’entreprise a donné une direction, un cadre à ma créativité.

Le nom de votre marque d’où vient-il ?

Ah, ah, bonne question, alors,  j’ai fait mes débuts dans la blogosphère avec un blog culinaire qui s’appelait « pour courir faut des vitamines » en hommage à une chanson que mes enfants écoutaient en boucle à cette époque, du coup quand est venu le temps de me trouver un nom de marque j’ai décliné ce nom de blog.

Quels sont pour vous les meilleurs moments que vous avez connus depuis le début votre activité ?

Quand mes créations ont intégré pour la première fois la vitrine d’une boutique ou quand j’ai croisé une inconnue qui portait l’un de mes sacs, tous ces petits signes qui montrent que mon travail est apprécié, j’avoue ce n’est pas mauvais pour l’estime de soi. Il faut dire que c’est une activité ou on est assez seule dans son atelier et franchement les retours positifs de l’entourage, c’est bien mais difficile d’en mesurer l’objectivité, donc quand les retours positifs viennent d’ailleurs c’est vraiment gratifiant.

Le salon ID art à Annecy a marqué également un tournant dans ma professionnalisation, l’impression de jouer dans la cours des grands, c’est le genre d’événements qui tire vers le haut.

Quels sont vos projets futurs ?

J’avoue j’ai toujours un peu « la tête dans le guidon » si je puis dire, je cours après le temps, les projets se présentent d’eux même au moment opportun, les idées arrivent, et zou je les exploite.

Je ne suis pas quelqu’un de particulièrement ambitieux. J’espère continuer sur ma lancé, faire mon petit bonhomme de chemin, me faire plaisir dans mon travail, rendre des clients heureux parce qu’ils font l’acquisition d’un objet unique, fait avec attention et soucis du détail.